KORIAN et EUROPE 1 : Même combat !

Quel est le point commun entre KORIAN, le leader européen du bien-vieillir, et le média radio EUROPE 1 ? Le chiffre d’affaire ? Le nombre de salariés ? Les actionnaires ?
Rien de tout cela.

Le comportement inadmissible de Délégués Syndicaux

Les deux entreprises font chacune face à des délégués syndicaux accusés de harcèlement par de nombreux salariés. Pour la célèbre station de radio, un délégué syndical est accusé de harcèlement moral et sexuel par 5 femmes, salariées d’EUROPE 1 et pour KORIAN, il s’agit d’une déléguée syndicale sur l’établissement KORIAN Villa d’Azon qui est accusée de harcèlement moral par plus de 25 salariés.

L’inspection du travail refuse le licenciement dans les deux cas

Une demande de licenciement a bien évidemment été formulée auprès de l’inspection du travail par les deux entreprises. L’inspection du travail a estimé dans le dossier EUROPE 1 que « les faits n’étaient pas établis » tandis que pour la déléguée syndicale KORIAN « les faits de comportement agressif et propos menaçants n’étaient pas formellement établis ». Une chose est sûre : les deux inspecteurs ont bien suivi les mêmes cours…(sic).

Il convient de rappeler, au passage, que l’inspecteur du travail est censé « constater (…) les infractions commises en matière de discriminations prévues à l’article 225-2 (3° et 6°) du code pénal, les délits de harcèlement sexuel ou moral prévus, dans le cadre des relations de travail, par les articles 222-33 et 222-33-2 du même code » (Source : Ministère du Travail).

C’est donc bel et bien une double peine pour tous ces salariés qui non seulement souffrent en se rendant à leur travail mais en plus sont traités de menteurs ou d’affabulateurs par l’administration.

Une mécanique identique : Le bourreau devient victime

Ce qui est affligeant, c’est qu’on observe la même mécanique de défense des accusés dans les deux dossiers : Ils crient à qui veut l’entendre (à l’inspecteur du travail en l’occurrence) que ce sont les salariés qui les harcèlent et que les directions respectives ont manipulé les salariés afin qu’ils les accusent.

EUROPE 1 dépose un recours…Et pour KORIAN ?

La réaction d’EUROPE 1 n’a pas tardé. En effet, face à cette décision incompréhensible de l’inspection du travail, la station de radio a formulé un recours auprès du Ministère du Travail.

Nous demandons à KORIAN de prendre également toutes ses responsabilités et les appelons à exercer un recours afin que cette déléguée syndicale soit sanctionnée comme il se doit.

Ces comportements inadmissibles vont carrément à l’encontre de ce qui doit animer un élu : Accompagner, soutenir et défendre ses collègues.  Ces imposteurs se servent de leur mandat non pas pour aider et agir pour la défense des salariés mais uniquement pour leurs propres intérêts et ce en se drapant dans la liberté syndicale. De tels comportements ne sont en aucun cas tolérés au sein de l’UNSA KORIAN.

L’UNSA KORIAN continue bien évidemment de soutenir les salariés de KORIAN VILLA D’AZON. En effet, un courrier a été envoyé à La Ministre du Travail pour lui signifier toute l’incompréhension de cette décision et d’autres actions sont en cours. La peur doit désormais changer de côté….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *