COVID19 : LE POINT SUR LES MESURES EN PLACE ET SUR VOS DROITS

Faisons le point sur toutes les mesures mises en place par les autorités et l’employeur concernant le COVID19.

Le Président de la République a annoncé la fermeture des écoles et des crèches à compter du 16 mars. Comment faire garder vos enfants ?

Pour les personnels qui travaillent dans les hôpitaux, les cliniques, les EHPAD, les Services de Soins à Domicile, les HAD, des modalités de prise en charge ont été mises en place par l’Education Nationale.
Cet accueil s’organisera dès le lundi 16 mars matin. Les parents concernés devront dans la mesure du possible informer dès le vendredi 13 mars et durant le week-end les directeurs d’école et les principaux de collège de manière à ce que cet accueil soit le mieux préparé possible.
Les parents et les enfants seront accueillis dès lors qu’ils présenteront la carte professionnelle de santé ou une fiche de paye avec mention de l’établissement employeur.

Pour les salariés du Siège et des plateformes administratives, des mesures spécifiques ont été annoncées par la DRH. En fonction de ses contraintes personnelles et des possibilités alternatives de garde qui peuvent être envisagées, chacun est invité à organiser son activité professionnelle de la manière la plus équilibrée possible entre travail à distance et présence au siège, avec l’approbation de sa hiérarchie directe.
Compte tenu de la nécessité d’assurer une continuité de service pour accompagner nos établissements, les personnes directement impliquées dans la gestion de la crise sont invitées à faire tout leur possible pour maximiser leur présence au siège et auprès des établissements.

En plus de ce dispositif de garde prévu par l’Etat, KORIAN a signé un accord avec la société YOOPIES. Nous vous communiquerons les modalités de ce dispositif dès qu’elles seront connues.

Je suis atteint par le virus : que faire ?

En cas de symptômes chez un salarié, la conduite à tenir est la suivante :
 La Direction le renvoie à son domicile aussitôt ou lui demande d’y rester.
 Le salarié appelle sans délai le SAMU (n°15), qui s’il l’estime nécessaire, organise une consultation avec un médecin :
o Si Le médecin confirme que le salarié présente les symptômes du coronavirus : le salarié est hospitalisé et couvert par un arrêt de travail sans carence ;
o Si le médecin estime que ce ne sont pas les symptômes du coronavirus, il établit un arrêt de travail classique ou renvoie à une consultation auprès du médecin traitant du salarié.
 Le salarié communique son arrêt de travail à son établissement Korian et à la CPAM comme pour un arrêt classique.

Mon enfant est atteint par le virus : quelles sont les dispositions prévues ?

Si votre enfant est atteint par le virus, il est donc contraint de rester à l’isolement ou à son domicile. Le médecin de l’ARS prescrit un arrêt de travail au salarié.
Dans ce cas, le salarié se trouve dans la situation du décret du 31 janvier 2020 et peut être indemnisé par la Sécurité sociale et la Prévoyance Korian : il sera en effet considéré comme en arrêt de travail.

J’ai peur de contracter le virus et je veux exercer mon droit de retrait !

Le droit de retrait s’applique dans des conditions encadrées réglementairement. Avec la mise en œuvre des mesures barrière et leur respect, ce droit n’a pas à s’exercer. L’application des mesures barrières est une mesure efficace.

Ainsi, dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a retenu la position suivante:

« Les conditions d’exercice du droit de retrait ne sont pas réunies si l’employeur met en œuvre les recommandations du gouvernement, disponibles et actualisées sur la page suivante : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus.
Si ces recommandations sont bien suivies, le risque pour les autres salariés est limité puisque, d’après les données épidémiologiques disponibles à ce jour, seul un contact rapproché et prolongé avec des personnes présentant des symptômes pourrait les contaminer. »

L’épidémie de coronavirus ne constitue donc pas en soi un motif d’exercice du droit de retrait.

Attention : Le droit de retrait irrégulièrement exercé peut entraîner une absence de rémunération de la période durant laquelle le salarié a cessé de travailler et vous pouvez vous exposer à une sanction.

HARMONIE K : L’UNSA APPORTE UNE SOLUTION CONCRETE

Le mois dernier, nous avions interrogé la Direction de KORIAN sur les dysfonctionnements du nouveau logiciel de Paye, HARMONIE K.

On nous avait alors indiqué que tout le monde serait payé. Toutefois, selon nos informations, il existe encore de nombreux cas où les salariés n’ont pas reçu leur virement de salaire ou un salaire très incomplet.

Un entretien avec la DRH

Compte tenu de ces remontées, nous avons sollicité en urgence un rendez-vous avec Nadège PLOU, DRH France, afin d’évoquer les difficultés rencontrées sur certains sites mais surtout pour trouver une solution au problème.

 Une solution concrète

Notre objectif est de pouvoir solutionner les cas de dysfonctionnement tout en évitant de perturber ou alourdir davantage le travail du service paye en établissement et au siège.

L’UNSA KORIAN a proposé de mettre en place un process concret de recueil et de traitement des problèmes et obtenu la mise à disposition d’un interlocuteur paie dédié pour suivre directement et efficacement tous les points qui nous seront remontés.

LES LARMES DE CROCODILE DE LA CGT KORIAN

Lors du CCE qui s’est tenu le 19 septembre dernier, KORIAN a présenté la cession de 3 établissements situés en Ile de France, au profit d’un petit groupe familial composé de 3 établissements avant rachat.
Les élus des différents syndicats (CFDT – FO- CGT) se sont tous prononcés favorablement (Vote POUR) ou sans convictions affirmée (Vote BLANC). Seul l’UNSA KORIAN a émis un avis négatif rappelant lors des débats que la vente d’établissement sur la base de critères économiques reste un très mauvais signal envoyé aux salariés du groupe et ne peut que générer de la défiance vis-à-vis du groupe.

La CGT KORIAN se réveille 5 mois après…

Toutefois, plus de cinq mois après, la CGT KORIAN « s’insurge », « hurle au scandale » contre la vente de ces trois établissements.

Mais on peut se demander : « Pourquoi ce long silence de 5 mois ? » En effet, d’habitude à la moindre occasion, on les entend vociférer, menacer de grève et de débraillage surtout en cas de vente d’établissements.

144 salariés ne pèsent pas lourd face à une Déléguée Syndicale CGT

Ce qu’oublie de dire la CGT KORIAN, c’est qu’il fallait avant tout gérer avec la direction générale la récupération de la déléguée syndicale CGT qui était salariée d’un des établissements vendus……

Ah oui ! Ça ils ne l’ont pas dit ! La déléguée syndicale a été réintégrée chez KORIAN ! C’est la seule salariée des trois établissements à avoir bénéficié de ce traitement de faveur.

Schizophrénie syndicale

A les entendre tout au long de l’année, ils travaillent pour le Diable en personne mais là, en fin de compte, il semblerait que la soupe ne soit pas si mauvaise que ça puisque la Déléguée Syndicale CGT KORIAN a préféré rester chez KORIAN…elle ! Schizophrénie syndicale…..

Une fois que l’on a dit cela, on comprend beaucoup mieux ce mutisme pendant le CCE du 19 septembre 2019.

En effet, même le Délégué Syndical de la CGT KORIAN pourtant si prompt d’habitude à se prendre en photo en se mettant en scène avec des banderoles devant les établissements ou le siège, a cette fois-ci brillé par son absence. Il avait certainement mieux à faire. Peut-être régler les derniers détails de la réintégration de sa déléguée syndicale…

Salariés Korian et adhérents à la CGT, soyez en sûr, votre cas ne vaudra rien s’il faut sauver un de leur élus…

Un exemple de plus de la duplicité et de la capacité de manipulation de la CGT Korian.

PAYE DE JANVIER : LES SALARIES VEULENT DES RÉPONSES

Le changement de l’outil « Paye » sur une partie du périmètre (Ex-Medica) suscite de nombreuses interrogations mais aussi beaucoup de craintes.

En effet, il est indéniable que la situation est particulièrement tendue et que les équipes en charge de gérer les payes, aussi bien en établissements qu’à Massy, ne ménagent pas leurs efforts. L’UNSA KORIAN tient d’ailleurs à les remercier tout particulièrement pour cet engagement sans faille.

Cette inquiétude est due, dans un premier temps, à la difficulté pour les Secrétaires administratives, les Adjoints de Direction, les Directeurs-Adjoints ainsi que les Directeurs à intégrer les cycles et les plannings dans le nouvel outil et dans un second temps à des dysfonctionnements liés au réseau informatique.

A ce désordre technique, la CGT se permet d’ajouter le trouble et la confusion et cherche à installer le chaos en colportant tout et n’importe quoi sur le sujet :

« Les intérimaires ne seront pas payés ! »

C’est ce que nous pouvons entendre dans la bouche de la CGT et bien évidemment c’est totalement FAUX ! Rappelons à ces derniers que les intérimaires sont payés par leur agence d’intérim et pas par KORIAN.

« Les virements de salaire vont être décalés ! »

Encore de la pure désinformation de la part de la CGT KORIAN ! En effet, nous avons interrogé la Direction sur le sujet et le décalage de la clôture de paye au 21 (au lieu du 19 habituellement) ne changera absolument pas les dates de virement. Ce délai permettra aux équipes du Service Paye de MASSY et aux établissements de sécuriser les saisies et de leur donner un peu plus de confort pour les dernières saisies.

Une seule question : Serons-nous payés ?

A désormais 11 jours de la date des virements des salaires de Janvier, la grande question que les salariés se posent est : « Est-ce que l’on sera payé dans les délais ? »

L’UNSA KORIAN a posé la question à la Direction et la réponse est sans ambiguïté : « Tout le monde sera payé ! ».

Pour ce qui est de la connexion informatique, la Direction Informatique a stabilisé le réseau. En ce qui concerne la prise en compte des cycles, nous avons eu la confirmation que tous les établissements concernés seront rappelés un à un et qu’un accompagnement spécifique est mis en place pour que les données soient bien saisies. Un plan de secours est également prévu dans le cas où un établissement ne pourrait pas effectuer sa saisie.

Anticipons la suite !

Ce changement a généré beaucoup d’inquiétude et de fatigue au sein des équipes de paye en établissement.

Aussi, L’UNSA KORIAN a demandé à la Direction de renforcer l’accompagnement pendant 6 mois et d’ouvrir une Hotline du lundi au samedi inclus. La Direction a réservé sa réponse et reviendra vers nous prochainement.

Nous avons également demandé à la Direction de réfléchir à une récompense pour le personnel qui s’implique grandement pour que les salaires soient versés. Là aussi, la Direction a précisé qu’elle réserve sa réponse.

L’UNSA reste le 1er syndicat représentatif chez KORIAN

Au terme des élections des 7 CSE KORIAN qui se sont déroulées le 13 novembre et le 10 décembre 2019, l’UNSA KORIAN a conforté sa place de premier syndicat représentatif avec 31,83% des suffrages.

L’UNSA KORIAN reste donc, grâce à vous, le syndicat majoritaire sur le Groupe.

Nous tenons tout particulièrement à vous remercier pour vos votes et la confiance que vous nous avez témoignée. Fort de ce score, nous allons pouvoir porter l’ensemble des points présentés dans nos professions de foi.

RÉSULTATS DES ELECTIONS DES 7 CSE KORIAN

CSE SENIORS NORD
UNSA 7
CGT 9
CFDT 5
FO 2
SUD 3
CSE SENIORS OUEST
UNSA 8
CGT 7
CFDT 4
FO 4
SUD 3
CSE SENIORS SUD-OUEST
UNSA 8
CGT 6
CFDT 4
FO 5
CSE SENIORS SUD-EST
UNSA 8
CGT 7
CFDT 8
FO 2
CSE SANTE NORD
UNSA 7
CGT 4
CFDT 9
FO 3
SUD 1
CSE SANTE SUD
UNSA 7
CGT 3
CFDT 6
FO 5
CSE SIEGES & DIRECTEURS
UNSA 15
CFDT 2

LA REPRESENTATIVITE CHEZ KORIAN FRANCE : 

UNSA : 31,83%

CGT : 26,75%

CFDT : 25,46%

FO : 15,97%

SUD : NON REPRÉSENTATIF

SAP : NON REPRÉSENTATIF

Accord sur la PARTICIPATION : L’UNSA KORIAN préserve vos intérêts.

Les négociations pour arrêter le nouveau mode de calcul de la Participation viennent de s’achever. L’enjeu pour les salariés était très important car la CGT et FO souhaitaient changer la règle de calcul, ce qui vous allez le constater aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Heureusement, les négociateurs UNSA n’ont rien lâché et vos intérêts ont été sauvegardés.

Rappel de la règle actuelle de calcul

Concrètement qu’est-ce que ça veut dire ?
C’est très simple : Aujourd’hui le calcul est assis sur 2 critères : Le SALAIRE et LA PRÉSENCE. Ainsi votre montant de participation intègre une partie sur le montant de votre salaire et une autre partie sur votre présence. Ce mode de calcul est défendu ardemment par L’UNSA KORIAN depuis 2016 car cette formule est juste et équitable pour l’ensemble des salariés. Pour faire simple, avec ce mode de calcul, vous marchez sur deux jambes…

La CGT et FO unis pour vous faire perdre de l’argent !

La CGT et FO ne voulaient retenir qu’un seul critère pour le calcul de votre participation : La PRESENCE !

Concrètement qu’est-ce que ça aurait changé ?
Cela aurait tout changé et pas en mieux vous allez le voir avec nos illustrations !
Avec un critère à 100% sur LA PRÉSENCE, les IDE auraient perdu en moyenne 106€ sur leur montant de participation !
Autre conséquence : Vous n’aviez plus le droit d’être malade ! En effet, comme tout le calcul reposait sur un seul et même critère, LA PRÉSENCE, chaque arrêt maladie aurait fait fondre considérablement votre montant de participation. Pour faire simple, avec la CGT et FO, vous deviez marcher sur une jambe pendant une année et il ne fallait surtout pas que votre jambe vous lâche…

FO s’obstinne…La CGT se ravise

FO s’est obstinée dans ses positions tandis que la CGT s’est ravisée face à nos arguments plein de bons sens. Une belle victoire de l’UNSA KORIAN….

KORIAN et EUROPE 1 : Même combat !

Quel est le point commun entre KORIAN, le leader européen du bien-vieillir, et le média radio EUROPE 1 ? Le chiffre d’affaire ? Le nombre de salariés ? Les actionnaires ?
Rien de tout cela.

Le comportement inadmissible de Délégués Syndicaux

Les deux entreprises font chacune face à des délégués syndicaux accusés de harcèlement par de nombreux salariés. Pour la célèbre station de radio, un délégué syndical est accusé de harcèlement moral et sexuel par 5 femmes, salariées d’EUROPE 1 et pour KORIAN, il s’agit d’une déléguée syndicale sur l’établissement KORIAN Villa d’Azon qui est accusée de harcèlement moral par plus de 25 salariés.

L’inspection du travail refuse le licenciement dans les deux cas

Une demande de licenciement a bien évidemment été formulée auprès de l’inspection du travail par les deux entreprises. L’inspection du travail a estimé dans le dossier EUROPE 1 que « les faits n’étaient pas établis » tandis que pour la déléguée syndicale KORIAN « les faits de comportement agressif et propos menaçants n’étaient pas formellement établis ». Une chose est sûre : les deux inspecteurs ont bien suivi les mêmes cours…(sic).

Il convient de rappeler, au passage, que l’inspecteur du travail est censé « constater (…) les infractions commises en matière de discriminations prévues à l’article 225-2 (3° et 6°) du code pénal, les délits de harcèlement sexuel ou moral prévus, dans le cadre des relations de travail, par les articles 222-33 et 222-33-2 du même code » (Source : Ministère du Travail).

C’est donc bel et bien une double peine pour tous ces salariés qui non seulement souffrent en se rendant à leur travail mais en plus sont traités de menteurs ou d’affabulateurs par l’administration.

Une mécanique identique : Le bourreau devient victime

Ce qui est affligeant, c’est qu’on observe la même mécanique de défense des accusés dans les deux dossiers : Ils crient à qui veut l’entendre (à l’inspecteur du travail en l’occurrence) que ce sont les salariés qui les harcèlent et que les directions respectives ont manipulé les salariés afin qu’ils les accusent.

EUROPE 1 dépose un recours…Et pour KORIAN ?

La réaction d’EUROPE 1 n’a pas tardé. En effet, face à cette décision incompréhensible de l’inspection du travail, la station de radio a formulé un recours auprès du Ministère du Travail.

Nous demandons à KORIAN de prendre également toutes ses responsabilités et les appelons à exercer un recours afin que cette déléguée syndicale soit sanctionnée comme il se doit.

Ces comportements inadmissibles vont carrément à l’encontre de ce qui doit animer un élu : Accompagner, soutenir et défendre ses collègues.  Ces imposteurs se servent de leur mandat non pas pour aider et agir pour la défense des salariés mais uniquement pour leurs propres intérêts et ce en se drapant dans la liberté syndicale. De tels comportements ne sont en aucun cas tolérés au sein de l’UNSA KORIAN.

L’UNSA KORIAN continue bien évidemment de soutenir les salariés de KORIAN VILLA D’AZON. En effet, un courrier a été envoyé à La Ministre du Travail pour lui signifier toute l’incompréhension de cette décision et d’autres actions sont en cours. La peur doit désormais changer de côté….

La Participation 2018

L’information concernant la participation KORIAN au titre de l’exercice 2018 est officielle : Le montant moyen sera de 585 € pour un salarié présent toute l’année 2018 (Calculé à 50% sur le salaire et à 50% sur le temps de présence).

Tous les CDD et CDI en bénéficient à condition d’avoir eu au moins 3 mois d’ancienneté continue ou discontinue en 2018.

Attention ! Vous devrez saisir votre bulletin d’option de participation directement sur Internet depuis « Ma synthèse » sur votre compte AMUNDI.

Vous disposerez de 23 jours (du 6 au 28 mai 2018) pour faire connaitre votre arbitrage :

  • Percevoir votre participation immédiatement (le versement interviendra le 31 mai 2019),

Ou

  • Épargner la somme sur votre compte du Plan Epargne Groupe (PEG).
    En cas de non réponse, les sommes seront automatiquement bloquées sur votre compte du Plan Epargne Groupe.

Quelle fiscalité sur la prime de participation ?

Fiscalement, les sommes épargnées dans le PEG sont exonérées d’impôt sur le revenu alors que les sommes perçues directement sur votre compte bancaire sont imposables.

Petit rappel : Les sommes placées sur le PEG sont bloquées pendant 5 ans (sauf cas de déblocage prévus par la loi) et elles peuvent être ventilées sur 6 fonds avec des niveaux de risque et de rentabilité différents.

Korian Villa d’Azon : Ouverture d’une enquête pour harcèlement

Plus de 30 salariés de l’établissement situé à St CLEMENT ont alerté l’UNSA Korian et les instances Sièges et Directeurs sur leurs conditions de travail et plus précisément sur des actes pouvant relever d’actes de harcèlement.

Face à l’ampleur ainsi qu’à la détresse de ces témoignages, le CHSCT Siège et Directeurs  a aussitôt saisi l’employeur afin qu’il satisfasse à ses obligations liées à la sécurité de ses salariés. Il a ainsi demandé à ce qu’une enquête CHSCT soit menée conjointement avec des représentants du personnel comme le prévoit le Code du Travail.

Compte tenu du nombre important de salariés s’étant manifesté, le CHSCT Siège et Directeurs a souhaité que soient associés à cette enquêtes des représentants UNSA et CFDT du CE EHPAD Nord.

Une enquête paritaire, composée de représentants de la Direction ainsi que d’élus UNSA et CFDT a été menée afin que toute la lumière soit faite sur ce malaise.

Les salariés ont ainsi pu s’exprimer, sur la base du volontariat, et se livrer sur ce malaise vécu, pour une grande majorité d’entre eux, comme une souffrance au travail.

Le CHSCT Siège et Directeurs, qui a demandé la tenue de cette enquête, attend désormais la restitution du rapport en réunion.

Pour sa part, l’UNSA Korian sera extrêmement vigilant à ce que toutes les mesures soient prises pour assurer la protection des salariés.

Même si des voix s’élèvent déjà en interne pour crier au scandale, notre détermination sur ce dossier sera à la hauteur de la souffrance des salariés. Nous ne craignons ni les calomnies, ni les insultes et encore moins les pressions ou les appuis dont certains protagonistes pourraient se prévaloir.

Prime exceptionnelle : Les conditions se précisent….

Les conditions de versement de la prime de 200€,
défiscalisée et non soumises aux charges sociales, se sont précisées hier.

Les CDD et CDI sont bénéficiaires

Ouverte au départ au CDI, le versement de cette prime a été étendue aux CDD, y compris les contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Le montant versé est proratisé en fonction du temps de travail sur l’année 2018.

Les conditions précises d’attribution

Pour en bénéficier, le collaborateur KORIAN doit être présent dans les effectifs au 31 décembre 2018 et avoir perçu une rémunération inférieure ou égale à 2000€ (salaire temps plein).

Les absences pour maternité, paternité, congé parental, accident du travail et maladie professionnelle ne viennent pas diminuer la prime.
Un salarié qui a travaillé au moins un jour en 2018 ne peut avoir un montant de prime inférieur à 25€.

Quand sera versée la prime ?

Si vous êtes en CDI et que vous êtes éligible au versement de la prime, elle sera versée sous forme d’acompte le 15 janvier 2019.
Si vous êtes en CDD, contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation, et que vous êtes éligible, la prime sera versée avec la paie de janvier.